Serafin-Ph, groupe de travail de la Coordination 95

Groupe de travail de la coordination 95

Fin novembre, Bleu Social est intervenu dans le cadre de groupe de travail de la coordination 95 sur la réforme de la tarification des établissements et services sociaux et médico-sociaux, Serafin-Ph.
 
Dans les grandes lignes, l'intervention de Luc Dahan a porté sur l'anticipation de cette réforme et sa mise en oeuvre sur les plans financier, managérial et de gouvernance. L'enjeu principal pour les établissements sociaux et médicosociaux est de taille : se préparer au mieux à la conduite du changement.

Cette préparation à la conduite du changement avait fait l'objet d'un article dans le Pavé Bleu Social que nous vous proposons de retrouver ici :

« Si l’on se réfère au temps qu’il a fallu à la loi du 2 janvier 2002 pour trouver sa place dans la culture des professionnels, aux résistances qu’elle a générées, aux milliers de pages écrites, au budget des formations qui lui ont et lui sont encore consacrées...
Alors la question se pose pour le secteur concerné, du bouleversement culturel que constitue la mise en place de Serafin-Ph. Si l’on considère que notre société en changeant de paradigme, c’est à dire en passant d’une logique de réparation à celle d’une compensation, considère que le financement des prestations constitue un investissement pour réduire les inégalités. Alors il est naturel d’envisager de sa part comme toute entreprise économique, une attente de retour sur investissement. En tant que contribuable, qui est contre ?

De fait la posture actuelle des gestionnaires d’établissements et celle des professionnels est questionnée, voire pour certains malmenée. Peut-être arrive-t’on au bout d’un cycle, dans une logique d’évolution naturelle, peut-être que le modèle actuel a fait son temps : les termes d’utilité sociale, d'entrepreneuriat social, sont de plus en plus utilisés.

Au-delà d’une réforme de la tarification, d’une volonté de créer des logiques de parcours et d’offrir une réponse accompagnée pour tous, le vrai défi de Serafin-Ph est à notre avis, la mise en place d’une conduite du changement des organisations en profondeur. Car rien ne coule de source, et lorsque nous avons assisté à une présentation du programme Serafin par des représentants de l’administration, nous avons questionné l’appropriation de son sens par les professionnels car cela va changer considérablement le rapport à l’autre, le rendre compte, le modèle de gouvernance dirigeance...

L’administration fera t’elle preuve de pédagogie ? Viendra t’elle communiquer dans les institutions sur le sens et l’opportunité de cette petite révolution et relayer la parole des dirigeants auprès des professionnels ? Dans le rapport intermédiaire présenté par le Groupe de Travail National en Janvier 2016 et qui porte en grande partie sur les détails de la nomenclature, il est fait mention de cette conduite du changement et de l’adaptation des outils de présentation du projet. Reste à savoir si cette volonté sera traduite concrètement sur le terrain, pour tous les établissements et si les professionnels pourront s’approprier largement cette nouvelle vision de leur travail. Pour nous, la question se pose aussi simplement que pour ce petit ange de notre page de couverture : « les acteurs sociaux, acteurs ou victimes du changement ? »


En savoir plus sur la coordination 95 : http://www.coordination95.org/

Autres liens utiles :

Partager cet article :

[juiz_social buttons="facebook, twitter, linkedin"]